Vente uniquement aux professionnels

Bien plus que des fournisseurs…

bien plus cl1Durant les deux premières années de leur installation sur le marché de Rungis, Penja a su épater sa clientèle en leur offrant des produits hors du commun, jamais importés en France, créant ainsi une vraie demande de nouveauté. Penja marque les esprits par leurs innovations et se doit de développer leur offre pour assouvir la curiosité de leur clientèle. Toujours à la pointe de la nouveauté, c’est sur cette base que Penja a créé sa notoriété.

Bientôt, les imports du Cameroun et de la Guadeloupe ne suffisent plus pour répondre à la demande des fleuristes. Chaque matin ou presque : « quoi de nouveau ? »

C’est ainsi que Jean-Philippe et Jean-Yves sont devenus de vrais baroudeurs afin de légitimer leur statut de précurseurs et novateurs.

Tahiti, Hawaï, la Floride sont les lieux saints de la flore tropicale, et si l’on n’y trouve pas de fournisseurs pour des envois réguliers, on y achète des nouvelles variétés que l’on plantera au Cameroun. Chaque bouture de philo ou rhizome d’héliconia donneront 10 petits en un an, lesquels en donneront 100 en 2 ans et enfin un début de culture commerciale en 3 ans. C’est long mais ça fonctionne !

Explorateurs dans l’âme, à l’écoute de leurs clients, passionnés par la beauté des végétaux, les fondateurs de Penja sont en recherche perpétuelle de nouveaux fournisseurs et visitent les différentes fermes à travers le monde.

Parfois, ce sont les fournisseurs qui découvrent Penja

Thomas et Ilka, producteurs au Costa Rica, découvriront Penja grâce cette vitrine qu’offre le marché de Rungis. En découlera une grande histoire amicale et commerciale.

Il y a aussi des imprévus qui ont du bon…

Jean-Yves se rend à Dubai pour y exposer les fleurs du Cameroun et ainsi s’ouvrir à ce nouveau marché. Il reçoit la marchandise avec 24 h de retard.
Seul et dépité sur son stand vide, il reçoit la visite d’Alexander, producteur de broméliacées aux Philippines. A défaut de pouvoir exposer, il conclut un marché avec ce nouvel intervenant. Le premier envoi vers Paris est prévu pour la semaine suivante. Depuis, chaque lundi Penja réceptionne la marchandise de ce producteur Philippin.

Même pendant leurs vacances…

bien plus cl2Les voyages « plaisir » sont également l’occasion d’élargir la gamme. Ainsi à Bali, les lianes de toutes formes, tronc de cocotiers, racines de teck remplissent les containers à destination de la France. Ce mobilier naturel est mis en place sur le stand Penja et ne tarde pas à être vendu aux boutiques de fleurs, aux hôtels…

Ce lien privilégié qu’ils entretiennent avec leurs fournisseurs permet une meilleure compréhension des attentes de chacun, une écoute attentive et un relationnel particulier. Bien plus qu’une relation de fournisseur à acheteur, ces visites créent de véritables amitiés, complicités. Les journées sont rythmées par le développement de nouveautés, les problématiques de culture, les nouveaux spécimens, les méthodes de travail …. Les soirées laissent place à une ambiance détendue, autour d’un repas, entre amis, parlant de la vie tout simplement.

Très impliqués dans le succès de leur plantation, les ouvriers et contremaitres sont avides de visites et de commentaires de leurs « clients » français ou européens sur la « beauté » de leurs produits ou créations florales. Ils s’informent et sont ravis d’avoir un allié fiable qui leur permet de développer et adapter leur production en fonction des tendances de ce marché.

Penja renouvelle régulièrement sa gamme avec des nouveautés que seul Penja importe. Parmi eux, ces incroyables Phalaenopsis du Vietnam qui tiennent 5 semaines ; le bois de Samou, tronc de fougère arborescente découvert à Taïwan ; les racines de cissus ressemblant à un rideau de pluie ou bien les rouleaux de feuilles de pandanus des Australes, matériaux de construction devenu ruban végétal ou encore l’orthophytum noir et vert, du Costa Rica.

 carte monde